*
logo-parkinson
blockHeaderEditIcon
maladie
blockHeaderEditIcon

DESCRIPTIF DE LA MALADIE DE PARKINSON EN BREF

DES INFORMATIONS PLUS DÉTAILLÉES SOUS www.parkinson.ch

Le syndrome parkinsonien est l’une des affections neurologiques les plus fréquentes. On recense près de 4,1 millions de patients dans le monde dont près de 15'000 patients en Suisse. Elle frappe des personnes de tous âges.

HÉRÉDITÉ - RISQUE D’INFECTION – ESPÉRANCE DE VIE 

Parkinson n’est pas contagieux et il existe une très rarissime variante héréditaire.
L’espérance de vie est presque aussi élevée que celle des personnes en bonne santé.

CE QUI SE PASSE DANS L’ORGANISME

Il s’agit d’une maladie neurodégénérative qui mène à la destruction progressive des neurones du système nerveux central dans la substance noire située dans le cerveau moyen qui produit la dopamine. Le manque de dopamine est à l’origine de divers troubles de la motricité qui peuvent être traités par des médicaments.

A cela s’ajoutent une série de symptômes, troubles végétatifs, douleurs, troubles du sommeil, symptômes psychiques dans certains cas.

CAUSES

Bien que la maladie de Parkinson ait été décrite pour la première fois en 1817 par le médecin anglais James Parkinson et malgré tous les efforts déployés par la recherche, la ou les causes du déclenchement de la maladie restent encore inexpliquées.

Il est possible d’atténuer les symptômes par l’administration de médicaments ou dans de rares cas par une opération sans pour autant pouvoir ralentir ou stopper la progression de la maladie.

LES SYMPTÔMES DE LA MALADIE DE PARKINSON

Les symptômes de la maladie varient d’une personne à l’autre. La maladie ne progresse pas au même rythme chez tous. Chacun est atteint de son « propre » Parkinson avec des symptômes très différents.

IMMOBILITÉ (BRADYKINÉSIE, AKINÉSIE)

Les mouvements fluides deviennent de plus en plus difficiles. Les patients le constatent tout d’abord en écrivant, lors d’activités manuelles ou en jouant un instrument de musique. Ces symptômes progressent avec la maladie.

RIGIDITÉ (RAIDEUR)

La tonicité des muscles s’accroît en permanence, notamment dans les membres qui sont par conséquence sujets à des tremblements ou à une limitation de la mobilité ou des crampes douloureuses. Cela donne l’impression d’être « comme paralysé ».

TREMBLEMENT DE REPOS

Le tremblement de repos touche souvent plus fortement les bras que les jambes. Il disparaît lors de mouvements ciblés ou en cas de forte tension des muscles.

INSTABILITÉ POSTURALE

La marche debout et l’équilibre sont assurés par un système automatique de régulation complexe qui est perturbé par le Parkinson. Avec la progression de la maladie la conservation d’une posture droite devient difficile et des chutes qui en résultent sont une conséquence dangereuse de ce handicap.

EVOLUTION

LES PRÉMICES

La maladie de Parkinson débute en général de manière insidieuse. Très personnels, ces symptômes ne sont pas clairement différenciés et décrits plus en détails sur  www.parkinson.ch.

La consultation chez un neurologue connaissant bien la maladie de Parkinson devient absolument indispensable.

Le traitement pendant les cinq à dix premières années, (la phase dite « lune de miel »,) avec des médicaments antiparkinsoniens peut (presque) permettre une absence totale de symptômes et les effets secondaires sont rares ou absents.

L’ÉVOLUTION ULTÉRIEURE

L’atrophie cellulaire dans la substance noire progressant constamment, les symptômes se multiplient également. L’évolution et le degré de gravité de la maladie varient  d’un patient à l’autre et quasiment aucun patient ne présente véritablement l’ensemble des symptômes décrits ci-dessus et plus en détail sur www.parkinson.ch.

Au stade avancé, des bilans stationnaires dans un Centre Parkinson spécialisé peuvent s’avérer utiles. Différentes thérapies complémentaires (orthophonie, ergothérapie et physiothérapie) sont aussi très utiles.

PRONOSTIC À LONG TERME

Au stade très avancé de la maladie il se peut que chez une faible proportion de patients, la médication orale ne permette plus de contrôler efficacement les symptômes. Pour ces personnes s’offrent alors d’autres options thérapeutiques comme par exemple la pompe d’apomorphine ou de duodopa et la chirurgie (stimulation cérébrale profonde). Malheureusement ces mesures ne conviennent pas à tous les patients.

UN GRAND RÉCONFORT

Grâce au traitement médicamenteux les patients ont une espérance de vie pratiquement normale et leur qualité de vie peut être stabilisée très longtemps à un bon niveau ou tout au moins à un niveau acceptable.

DIAGNOSTIC

La maladie de Parkinson commence presque toujours par des phénomènes d’indispositions physiques qui ne sont pas forcément caractéristiques et ne se précisent que peu à peu. Il est important de  s’adresser le plus vite possible à son médecin, car dès que le diagnostic est établi il est plus facile d’adapter le traitement.

Des examens coûteux tel l’IRM ou autres ne sont effectués que dans des cas exceptionnels et uniquement pour des diagnostics incertains.

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail